Who is Rachel Claudio

 

Cette artiste autralienne est arrivée en 2006 en France et a su se faire une place dans le coeur de la scène Soul parisienne. Dynamique, pleine d’énergie positive, elle sait prendre possession de la scène et donner ce qu’il faut pour captiver le public. Une voix à la fois douce et puissante, dotée d’un vibrato particulier … cette faculté à jongler à la fois avec la composition, l’écriture, le chant et le rap… bref, comment ne pas succomber à son charme musical!

Rachel Claudio nous livre aujourd’hui un premier album « Claudiography », qui pour ma part, est réussi! Des compositions qui vous baladent dans un univers totalement imprégné par l’esprit Soul, une émotion présente et si simplement partagée… elle a d’ailleurs su s’entourée d’une belle équipe musicale:

  • Drums : Stan Augris, Batteur de Beat Assailant, Mani, Janice
  • Basse : Thibault Renard, par ailleurs trompettiste sur Beat Assailant, Ray Lema, Alpha Blondy, Booster….
  • Guitare : Philippe Bonvent ( Jacques Daoud Revue, Sinclair….) , Ben Master Rake ( FunkHomeAllStars, RedCastle Project)
  • Choeurs : The Soul Wash Boys : Ulrich Kwasi et Opé Smith.
  • Keyboards, realisation, mix : Nico Gueguen, ( Union, NTM, Joey Starr, Beat Assailant, Booster, Jaqee…)

Je ne peux que vous recommander son album! En passant, je vous donne mes 3 titres préférés: All I wanted, Blow my mind, 45 dollars et (bon y’en a 4 :p) Dissertation.

Pour vous donner envie de vous le procurer, rien de mieux qu’une interview remplie de fraîcheur et de spontanéité qui, j’espère, vous fera sourire autant que moi :)

Hello Rachel, je commence par la question classique : peux-tu te présenter en quelques mots ?

Ninja frustré dans le corps d’une chanteuse…

……pianiste/productrice/auteur/compositeur/amoureuse du moment présent.

Tu arrives en France en 2006, pourquoi avoir choisi la France pour créer ton label et travailler ton album?

Il y a 7 ans, j’ai rencontré l’omniprésent Martin Solveig.. A l’époque il voulait produire mon premier album à Paris. A partir de cette idée, Paris était définitivement la destination où je réaliserais le premier album. On avait travaillé ensemble avec Martin, mais l’album ne s’est jamais fait. Avec le temps je suis devenue bien plus claire au niveau de ce que je voulais entendre de ma musique et comment faire pour procurer ce son. Et finalement j’ai produit l’album moi meme avec Nico Gueguen (Union, NTM, Jaqee) Comme si ç’etait toujours l’objectif.

Par ailleurs, tu as su illuminer plus d’une fois notre scène soul parisienne. Comment as-tu découvert cette scène et qu’est-ce qui t’a donné envie de la partager ?

Awww, merci.. :) Ma premiere expérience etait dans un tout petit bar qui s’appelle La Gallery  (je crois) à Bastille (Paris) pour une jam… (C’est drôle parce que c’était là où j’ai rencontré Ulrich Kwasi, qui deviendrait un des visages les plus iconiques dans la scène, avec des tresses, des lunettes .. )

C’était simplement la passion que j’ai kiffé. En tant qu’artiste, on a qu’à avoir l’impression que ce qu’on donne va etre reçu. Et j’avais cet impression là et je l’ai toujours.

Quelles sont tes plus belles rencontres sur la scène française, tous styles confondues ?

UUmmmmm…… Wow. That’s rough. Je me souviens très bien de la premiére fois que j’avais vu Sly Johnson sur scene. J’avais l’impression d’être témoin, pas de quelq’un qui evoquait l’esprit d’une epoque passée, mais à un living, breathing soul legend carrément d’une autre epoque. J’ai croisé ce niveau d’energie d’autre fois, quand j’ai vu Vicelow sur scène, le jour où j’ai rencontré Valerie Delgado, la premiere fois qu’Ulrich ou Opé Smith sont montés sur scène avec moi, la premiere fois que j’ai chanté avec Ben l’Ocle Soul.. Il y avait aussi un concert privé que j’ai fait.. Accoudé sur le piano à un demi mètre de mon visage Charles Aznavour m’avait fixée pendant trois bonnes minutes, comme ça, normal… J’etait tellement dans mon truc que je ne l’avais même pas reconnu. Aprés la chanson, il est allé de l’autre coté de la salle pour boire un coup avec Woody Allen. A cause des moments comme ça, parfois, j’ai du mal à faire la distinction entre la realité et la reverie.

Au niveau international, tu as également fait de très belles rencontres musicales, quel est ton plus beau souvenir ?

Ca peut-être le jour où King Britt avait invité Bilal a mon concert à Philadelphie. J’avais l’éloquence d’un concombre quand je lui ai parlé pour la premiere fois. C’était à la fois humiliant et exaltant. Plus tard le même soir, aprés que Questlove & Bilal aient fait leur boeuf sur scene, pendant que j’ai regardé dans la foule avec Lady Alma qui m’avait dit j’etais « LEGIT », un mec était monté sur scène et il a chanté « No Diggity »  avec une voix plus stylé qu’une paire de chaussures par Jimmy Choo. Il est descendu et je lui ai dit, « WAUH! Tu chantais ça mieux que le chanteur original! » Il a dit, « Je sais pas comment prendre ça. Je suis le chanteur original. » (C’etait Joe Stonestreet de Blackstreet.) Toute la soirée était un truc de ouf.

L’atmosphère de ton album m’a complètement embarquée, j’ai eu l’impression de revenir 20 ans en arrière (voir beaucoup plus pour certains titres, mais j’étais pas née :p) ! Au vue de ton parcours éclectique, qu’est-ce qui t’a poussé à choisir la Soul comme style principal ?

Haha! Je dirai plutot que la Soul m’a choisie.. :) Trés serieusement, quand j’étais enfant, j’ai ecouté beaucoup de styles différents. Beaucoup de pop rock, rock, du classique… Inexplicablement, j’avais toujours l’impression que quelquechose manquait dans les voix qui chantaient les chansons que j’ai aimé. Cette impression ne m’a jamais laissée jusqu’au jour où j’ai entendu une voix de gospel pour la premiere fois. J’avait peut-être 10 ans. J’avais un sentiment comme, « Aahhh, voila…. » Si ç’est une question de style ou d’intention, je ne peux pas dire. Peut-être que c’est les deux. Mais la conviction, le vibrato, le spectrum d’emotion, l’agilité vocale, la precision, l’aspect d’expression libre.. Ca m’as prise par les cheveux violemment et ne m’as jamais lachée. Plus tard, j’ai decouvert les différentes veines de gospel/blues dans la forme de Soul, classic RnB, disco, hip hop, whatever.. Ca continue.. Là aujourd’hui j’entends la Soul dans n’importe quel interprétation/composition que je trouve convaincante, indépendamment du rayon dans lequel un album se trouve à la Fnac.

Pour être plus precise au niveau de la conséquence de tout ça sur ma musicalité, je ne me souviens pas d’une decision consciente de prendre la route de Soul music. J’avais des choses qu’il fallait exprimer. A force de mes influences, ce qui coule de mes doigts quand je m’assoie au clavier rappel d’un certain son. Pareil pour la voix, j’imagine.

Quels sont les artistes qui ont influencé tes compositions ?

Billy Joel. Bilal. Tears for Fears. Dwele. Crowded House. Bobby Womack. Eddy Floyd. Hunters & Collectors. Jamie Liddell. Stevie Wonder. Nina Simone. Marlena Shaw. Mille autre….

Tu as su t’entourer de très bons musiciens. Peux-tu me les présenter en quelques mots ? Et comment les as-tu rencontré ?

Aussi intelligents qu’ils sont doués; aussi touchants qu’ils sont intéressants; aussi bons musiciens qu’ils sont de bons amis. Ils etaient tout les trois dans le groupe de Beat Assaillant. On a passé des moments inoubliables également sur scène que dans le studio que chez l’un et l’autre en partagant un repas.

Tu chantes, tu joues du piano, tu écris, et j’avais eu l’occasion de te voir faire une impro rap au côté de Vicelow qui m’avait bluffée. Nous caches- tu d’autres talents ?

Dans les talons de 6 pouces, je cours plus vite que n’importe quelle autre personne sur la Terre qui porte des talons de 6 pouces. Si tu veux verifier ça, je propose qu’on fasse un concours. Où tu veux. Quand tu veux. I’ll run anyone to the ground.

Allez,  je passe en mode « juste curieuse »:

Le meilleur concert d’artiste indépendant que tu aies vu ? Façile. Beady Belle. Freakin’ incroyable. Dès la première chanson, j’ai rempli un lac de sel en pleurant. Enorme.

La prochaine place de concert que tu achètes c’est pour voir qui ? Sizzla Kalonji!!

Le titre qui tourne le plus en ce moment dans ton MP3 ? Lewis Taylor « Lucky »

Un album incontournable « Soul » selon toi ? Bilal « Love for Sale » (never officially released..) OR Marvin Gaye’s I Want You (ecrit par Leon Ware) They kill me.

Un album incontournable « Hip hop » ? The Miseducation of Lauryn Hill. J’arrive même pas à passer a coté pour le but de donner une réponse moins évidente.

Fais un voeux ! Je souhaite d’avoir 3 systèmes de cordes vocales en plus de ce que j’utilise actuellement pour pouvoir chanter mes propres harmos dans le moment où je chante le lead.

PS: Je t’ai pas dit mais pour que tu figures sur mon blog, tu es obligée de me révéler un truc presque intime…

…c’est quoi ton gateau préféré ? WHITE CHOCOLATE & RASPBERRY CHEESECAKE, made by Rachel Claudio…

Pour conclure, vous n’avez plus aucune raison, procurez vous l’album pour seulement 6,99€ :p  Il est déjà disponible sur ITUNES: http://itunes.apple.com/fr/album/claudiography/id463312264

Pour suivre l’actualité de Rachel Claudio:

Et à noter dans vos agendas, quelques dates pour la voir sur scène: en showcase pour le lancement de l’album ce jeudi 6/10 au Sanz Sans à Paris ( http://www.facebook.com/event.php?eid=296804257002666) et le 22/10 en première partie de Leela James le 22/10 au Bizz’Art à Paris.

Bon je pense que vous avez compris que c’est un vrai coup de coeur, j’arrête là :p

Nadgy Lil’Cookiie, pour vous servir… ou pas