« Invader, c’est space … »

 

« Alors comme ça MÔSSIEUR Invader la joue encore et toujours discret, qui ne se montre pas ? Alors comme ça il a posé sa MILLIEME mosaïque !!? (ôÔ ) Aaaaah ? Vous dîtes qu’elle est à la Générale et qu’il a une expo tout autour ? » Bon, ça s’est pas tout à fait passé comme ça mais ça aurait pu …

Rappelons au passage que la volonté d’anonymat des street artists est évidemment d’ordre judiciaire (demandez par exemple à Banksy) ; il est d’ailleurs drôle de se dire que l’artiste est très certainement dans les murs ou pas loin sans qu’on le sache, et malheureux qu’on puisse l’arrêter ni plus ni moins QUE pour de l’art. De mon point de vue, la pollution visuelle en ville est beaucoup plus d’ordre publicitaire m’enfin, j’arrête tout de suite la disgression car c’est un tout autre débat.

J’ai donc fait l’exposition dimanche dernier et j’ai été surpris par le public, l’audience de cet artiste : très familial au final, casual … absolument pas alternatif ni underground en tout cas. A croire que l’aspect ludique de son œuvre et dont il parlait en interview a fini par atteindre son but : nous faire lever les yeux du trottoir, au risque de croiser des regards (Brrrrr!), pour regarder vers l’espace … au sens large du terme (^_^ )

Alors ça pourra faire grincer des dents, faire râler certains « puristes » que le Street Art s’expose, surtout HERESIE auprès du démoniaque « grand public » ; pourtant seul le support change et la démarche créatrice est la même. L’art au sens large se doit de provoquer réaction et partage, telle une antithèse parfaite à tout élitisme … et puis va coller des Rubik’s Cube dans la rue toi !

Parce que oui Invader abandonne un peu les fines mosaïques de carrelage (ainsi que le retrogaming) pour celles plus « plastifiées » et épaisses mais toujours aussi carrées des faces de Rubik’s Cubes. Ce même jeu responsable de crises de nerf et de nombreuses thérapies pour les enfants des années 80 est utilisé là pour représenter diverses figures de la Pop Culture, de Bob Marley à Serge Gainsbourg toujours de façon pixelisée.

Seulement là, on ne peut que tirer notre chapeau à l’artiste parce la complexité de réalisation et de la représentation ont grimpé d’un sacré niveau, au delà du presque copier/coller des sprites de nos vieux jeux vidéos !! (ô_Ô ) A ce titre, j’espère que mes quelques photos rendent un peu compte de ça (oui celle du dessus est cochonne et alors !?)

J’ai beaucoup aimé le petit parallèle quand on voyait les portraits de Ben Laden et de Dark Vador côte-à-côte … duel de super vilains ? De personnages fictifs (je plaisante Môssieur de la CIA) ?

Aussi, le documentaire « In Bed With Invader » (titre clin d’œil évident à la maman de Lady Gaga) était diffusé et nous montrait le monsieur au travail. Pour l’instant c’est une exclusivité de l’expo et, même si des personnes l’ont filmé et mise en ligne, je mettrais à jour cet article quand elle sera disponible officiellement.

Enfin, petite note triste … je souhaiterais que nous prenions une petite minute de silence à une personne trop tôt disparue … qui n’avait rien demandé … une minute de silence parce que ça a été à peu près son temps d’existence entre son moule et mon estomac … le portrait robot suit …

Bref, si tout ceci vous a plû (ET mis l’eau à la bouche) et bien sachez que l’expo finit dimanche soir à la Générale donc il vous reste peu de temps (idem pour l’expo à la Galerie Le Feuvre) … « Ce week-end, invadez-vous ! »

En tout cas, M’sieur Invader, si vous lisez ces lignes … HIGH SCORE ! (^_^ )

« BeOpen.United » Rush

  1. Space invader is everythere…really.